.
orthopedic pain management
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A...Z
Le Parterre

Partie du théâtre située au rez-de-chaussée, derrière les fauteuils d'orchestre. 

Au XVIIe siècle, la partie du public d'un théâtre jugée la plus grossière.

‘Du moyen âge jusqu’à nos jours, le parterre, personnifié par son public, fut le véritable maître, disons mieux, le tyran des comédiens et l’effroi des directeurs. Les spectateurs y étaient debout, pressés, mouvants, agités comme une mer, et toujours prêts, comme elle, à se charger d’orages et à les faire éclater. Comme les vols étaient faciles dans cette cohue, les filous s’y trouvaient toujours en nombre. Par suite des querelles fréquentes du parterre et des coups de cannes et d’épées qui s’y donnaient, on interdit l’entrée des cannes et épées en 1685, 1729, 1791. Ce ne fut cependant qu’en 1817, à la suite de conflits occasionnés pour la représentation de Germanicus, qu’on établit un dépôt de cannes à la porte des théâtres. On comprend facilement qu’un parterre debout, où le déplacement est facile, donnait libre carrière aux filoux, aux tapageurs, aux cabaleurs de toutes classes. On pensa remédier à cet état de choses en y mettant des banquettes. Ce fut à l’Odéon, alors Théâtre Français, que cette innovation eut lieu en 1782, et bientôt après dans tous les théâtres de Paris et de France. Il n’y a guère que les théâtres de Rouen qui persistent à conserver un parterre debout.’ (La langue théâtrale. Alfred Bouchard. 1878)

 

               

17 mars 2010