.
orthopedic pain management
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z A...Z
Souffleur

Personne chargée de prévenir les oublis des comédiens en leur soufflant leur texte. Installé dans le fameux trou du souffleur, qui tend à disparaître (voir qui a disparu) le  souffleur se tient plus souvent en coulisse. Jacques Copeau fut le premier à estimer que les acteurs devaient savoir suffisamment leur rôle et se passer de toute aide.

‘Le public croit généralement que le souffleur ne souffle que lorsque la mémoire fait défaut au comédien ; c’est une erreur : le souffleur souffle toujours et doit être en avance d’un mot ou deux sur l’acteur. Il envoie le mot et un signe à celui qui attend la réplique. Celui qui ne sait pas ou auquel la mémoire fait faillite prend du souffleur, auquel il fait souvent appel du pied, ou en jouant près de la rampe quand il devrait être au fond.’(La langue théâtrale. Alfred Bouchard. 1878)

‘ Généralement un vieil artiste, qui souffle la pièce et ne la joue jamais; d’où l’expression “souffler n’est pas jouer”.’ (Petit dictionnaire humoristique d’argot théâtral. Eugène Joullot.1933)

Souffle-douleur : Surnom donné au souffleur, quand les comédiens les sollicitaient exagérément.

Prendre du souffleur : Quand un comédien s'approche de la rampe afin que le souffleur lui dise son texte (vielle pratique).

Capot : Nom donné à la boîte du souffleur.

‘Le théâtre, c'est le souffleur. D'abord , il n'y a que lui qui saitbtoute la pièce!’ Citations de Jean Anouilh

A écouter : Le Trou Du Souffleur de Raymond Devos

A voir : Le Souffleur. Film Guillaume Pixie. 2003

On raconte que l’emplacement du trou du souffleur du Théâtre de la Ville correspond à l’endroit où Gérard de Nerval a jadis mis fin à ses jours. Dans la nuit du jeudi 25 au vendredi 26 janvier 1855, Paris est sous la neige et Gérard s’est pendu dans une petite rue de la rive droite, à quelques pas de la Seine et de la place du Châtelet, la rue de la Vieille-Lanterne, que les travaux d’Haussmann recouvriront bientôt : en superposant les anciens et les nouveaux plans de la ville, on découvre que le gibet de fortune du poète tombe dans le trou du souffleur du Théâtre de la ville. Celui que les puissances symboliques poursuivent ainsi au-delà de la vie terrestre avait aimé le théâtre, avait fondé une revue de théâtre, écrit pour le théâtre, et sa légende s’est construite à partir de la passion qu’on lui a attribuée pour une actrice, Jenny Colon, morte en 1842.

 

 

19 mars 2010