.
orthopedic pain management
1887 - France : Paris : Le Théâtre des Italiens ou L’Opéra-Comique (salle Favart)

76 victimes

Voir : 1838 : 1887 : Paris : Le Théâtre des Italiens ou L’Opéra-Comique (la salle Favart) 

Suite à cet incendie, l'éclairage à l'électricité devint obligatoire dans tous les théâtres et cafés- concerts ainsi que le rideau de fer.

Extrait de l’article de L’Univers Illustré – 4 juin 1887 – Théâtre – L’incendie de l’Opéra-Comique (Damon.) :  « La salle Favart est anéantie. L’Opéra Comique n’existe plus…. C’est un désastre inouï et tel que Paris n’en eut jamais un si terrible à déplorer, et qui, dans ce moment, fait tout oublier, même les plus graves préoccupations de la politique et des affaires. La nuit du 25 au 26 mai sera inscrite en lettres lugubres dans nos annales. C’était le jeudi 25 mai.L’affiche annonçait Le Chalet et Mignon. La salle était comble ;… Au moment où le dame tout à fait imprévu allait éclater, tous les artistes étaient sur scène, tout à leurs rôles. … Une lueur insolite avait été aperçue dans les cintres.                  Quelque chose brûlait, c’était certain ; mais les pompiers étaient là en cas d’incendie, et, dans les premières minutes, on ne fit autrement attention. Des flammèches tombèrent tout à coup sur la scène et jusque sur le trou du souffleur. Le public s’émut, c’est assez naturel, il s’agita et commença à donner quelques signes de crainte ; l’acteur Taskin s’en aperçut et s’avança, dans l’intention de rassurer les trembleurs, qu’il conjura de ne rien redouter, et qu’il engagea à se retirer avec calme et bon ordre…. On l’écouta d’abord. Une partie assez nombreuse des spectateurs put s’écouler tranquillement ; mais tout à coup le sinistre éclata. Une traînée de flamme s’étendit dans les frises, et le théâtre fut en feu, avant qu’on ait eu le temps de prendre la moindre mesure de salut. Acteurs, spectateurs, musiciens, employés n’eurent, pour la plupart, que le temps de se sauver… Puis vers minuit, le feu (qui avait commencé à neufs heures et demie), s’éteint ; les pompiers, qui ont été admirables d’héroïsme, de courage, d’adresse, de dévouement, les pompiers sont venus à bout du monstre. La nuit est lugubre, mais calme ; le jour du lendemain doit éclairer les horreurs de la nuit. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18 mars 2010