.
orthopedic pain management
1808 et 1856 - Angleterre : Londres : Theatre Royal Covent Garden

 

1732 : 7 décembre : Inauguration du premier Theatre Royal Covent Garden, dans Bow Street. Il est construit à l’emplacement de l’ancien jardin d’un couvent (d’où son nom) vendu par Henry VIII après la dissolution des monastères

1792 : Le théâtre fut agrandi

1808 : 19 septembre : Le théâtre est détruit par un incendie.

1809 : Réouverture du théâtre

Il devient le Royal Italian Opera où les oeuvres seront chantées en italien.

1856 : 4 mars : Nouvel incendie

1858 : 15 mai : Le troisième édifice ouvre ses portes avec ‘Les Huguenots de Meyerbeer’.

1892 : Le théâtre devient Royal Opera House.

1914 à 1918 : Fermeture.

1995 : L’actuelle salle est entièrement rénovée.

Extrait de l’article de L'Illustration – 15 mars 1856 – Incendie du théâtre de Covent-Garden. : «  À cinq heures et demie, les flammes, qui avaient détruit la toiture, illuminaient la Tour, les cheminées et les édifices, les plus élevés de la capitale. Cette soudaine illumination mit sur pied tous les pompiers de Londres, et bientôt de nombreux appareils fonctionnaient avec vigueur. Mais que pouvait cette inondation sur un pareil brasier. L’imminent danger que couraient les maisons voisines fit diriger les efforts des pompiers de leur côté. Il fallait, puisque tout espoir de sauver Covent-Garden était perdu, faire la part du feu. Dans Bow-street, l’hôtel de l’Opéra Royal Italien et les maisons adjacentes brûlaient malgré l’arrosement perpétuel que produisaient un nombre considérable de lances à incendie…. Outre la perte du bâtiment, on en a de très considérables à déplorer…. Tout a été brûlé. La bibliothèque dramatique du théâtre, unique en ce genre, a été complètement détruite….. La salle d’armes, où se trouvaient plus de cent armures complètes distribuées dans plusieurs chambres, a été détruite entièrement. Quatre peintures originales d’Hogarth n’ont pu être sauvées, ... P.S. Au moment où nous mettons sous presse, on nous annonce la destruction par l’incendie du théâtre de Bourges. Les journaux sont pleins, au surplus, de nouvelles de ce genre de sinistres, toujours plus fréquents à cette époque de l’année que dans aucune autre saison.

 

00 0000