.
orthopedic pain management
Le tonnerre

Pour reproduire les roulements du tonnerre, on a employé pendant longtemps et l’on emploie encore dans les théâtres un chariot en bois d’environ 1m20 de longueur sur 1m de large monté sur des roues à 8 pans. Dans l’intérieur de ce chariot sont placées, à deux niveaux différents, deux plaques de tôle semblables aux tiroirs d’une armoire. Une peau de tambour ferme la partie supérieure de ce véhicule spécial. On met des pierres sur les plaques de tôle, et alors, lorsqu’il roule, si l’on peut s’exprimer ainsi, sur ses roues polygonales, les vibrations des tôles se ‘tympanisant’ dans la peau de tambour produisent un vacarme tonitruant. On remplace volontiers cet antique chariot par une feuille de tôle suspendue au cintre et qui, lorsqu’on l’agite, joue à sa façon le rôle de gong chinois. Le machiniste qui a imaginé cela s’est tout simplement inspiré du bruit désagréable que fait un camion roulant sur le pavé et chargé de feuilles de tôle de fer qu’il porte à l’usine. Les machinistes, pour combiner leurs trucs, se servent en effet de tout ce qui leur tombe sous la main, et, pourvu que cela donne l’illusion approximative, le résultat cherché est obtenu.

Une autre machine tonitruante consiste en une série de planchette de bois dur dont chacune est enfilée à ses extrémités sur deux cordelettes: ces deux cordelettes se réunissent  sur une poulie fixée à la charpente du corridor. Deux machinistes enlèvent cette énorme jalousie, puis la laissent retomber vivement. Il en résulte une série de chocs et de craquements sonores analogues à ceux que l’on entend dans les wagons d’un train roulant dans un long tunnel par suite de la répercussion des chocs des roues des wagons sur les joints des rails. En combinant ce système avec la plaque de tôle vibrante, on obtient quelque chose de tout à fait orageux.

Pour avoir le coup de tonnerre violent, on se sert du système combiné par l’illustre musicien Meyerbeer lui-même pendant qu’il dirigeait les répétitions du Pardon de Ploërmel à l’Opéra-Comique. Des machiniste placés dans le cintre font basculer par une trappe dans une sorte de trémie, ou cheminée en planches allant du gril jusqu’à la scène, une charge de moellons, de cailloux, et de morceaux de fonte. Des traverses placées au travers de la trémie de distance en distance font s’entrechoquer tout cela et l’illusion est parfaite.

 

             

...
13 janvier 2011